Sysiphe
Car les voix frénétiques des démons mêlées aux chants bouleversants de la petite enfance résonnent des chaos de roches -

MATELOT PERDU

Cette image ne peut en rien traduire la magie du moment car tout demeure figé.
Là-bas, tout n'était que valse. La colère des nuages engloutissait les vallées et grimpait les monts comme pour prendre sa revanche face à un soleil trop arrogant. Il n'y avait pas à s'y méprendre, une armée d'esprits damnés demeurait en ces nuages...
Divaguant sur ce sommet à observer ces créatures monter vers moi, il ne me restait plus qu'à délirer aux passages de ces forteresses des cieux. Peut-être étais-je semblable à ce matelot perdu en pleine mer, sa voix étouffée par les bourrasques, narguant de désespoir les affronts de la tempête...
N'est-ce pas cela qu'on appelle une mer de nuages... ?

AU PARVIS DES VENTS

Il y a ces instants où les rêves se confondent avec la réalité. En ce matin d'hiver, ma raison flirtait avec le rationnel.

J'errais dans une version trop facilement exhaustive de l'expérience sensorielle, dépourvue des alcôves de ses complexités qui donnent tant de mélodies à toutes les interrogations de la vie. Ce monde était immaculé, pas un signe de vie, rien que la blancheur et le chant envoutant du blizzard. Oui, tout ce monde était bien trop simple et j'en perdais mon âme. Comment pouvais-je m'assurer d'être en vie, sans la rassurante morsure du vent dans mon visage.
Je ressentais comme une sensation pesante, celle du spleen, comparable à la rédemption d'artiste devant un parvis de fans ébahis.
Étais-ce finalement le paradis que je sondais: une prosaïque prison de blancheur...
Pour la première fois, j'angoissais, j'avais peur que le vent tombe, peur que l'absence de cette seule manifestation sensorielle ne soit le signe annonciateur d'un silence épique, j'étais effrayé à l'idée de ne plus rien ressentir. "Souffle le vent ! Porte moi loin du charme de ce chaos trop candide !"
Je crois qu'il est bon parfois de ne pas être à la hauteur de tout ça...

LA CHARMANTE IMPOSTURE

C'est une marée froide, colossale et perpétuelle. Elle tue, évoque le noir et l'ombre de ses entrailles, et ne laisse que des chagrins après chaque passage. Elle est cette armée d'âmes errantes, chargée de vomir toute la tristesse et les malheurs de la vie sur l'humanité. Mais qu'elle est belle au travers de sa charmante imposture. Elle me fait penser à cette femme tapie dans l'ombre, au sourire dissimulé derrière un mur, laissant fuir suffisamment d'éclat pour n'entrevoir que de passionnantes incertitudes.
Le froid se faisait acier noir, j'étais épuisé par cette nuit de romance violente aux ébats cyclopéens. Je flânais dans la neige fraiche, mais mes yeux faisaient fi de ce harassement et des plus prudentes politesses en dévisageant l'entité nébuleuse. Je me délectais presque du plaisir de voir cette sycophanterie se faire écorcher par tant de raffinement à la rencontre des monts.
Tantôt impalpable, tantôt cinglante, un matin silencieuse, un soir grondante...
Après l'hiver naît la lumière...

LE ROYAUME DES CHIMERES

Les nuages sont le refuge de l'imagination pour ceux qui communiquent encore avec leur âme d'enfant et se voient voler comme un oiseau dans leurs rêves les plus extravagants.
Auteurs d'émotions et bâtisseurs de monde, les nuages peuvent d'un moment à l'autre, fonder des royaumes de mélancolie, d'ivresse ou de ténèbres. Dans ces contrées nébuleuses se cachent tous les mondes, tous les espoirs et toutes les peines, tous les rêves et toutes les réalités, l'antimatière de la prison dorée embrassant l'être profond. Ici règne le plus insidieux des mutismes, car les voix frénétiques des démons mêlées aux chants bouleversants de la petite enfance résonnent des chaos de roches.
Au sommet des monts, il y a celui qui côtoie un paradis enrobé de blancheur sous un ciel trop bleu, avec des sommets ne ressemblant plus qu'à des écueils. Sur les bras rocheux, se trouve celui qui parcourt le chemin de la vie, appréhendant chacun de ses pas à travers la brume, dévisageant le soleil sans même s'aveugler et sentant les ténèbres sans jamais les toucher. 
Au cœur des nuages, subsiste un détenu de la noirceur, face à l'enfant qui sommeillait jusqu'alors en lui. Naît enfin l'espoir du premier rayon de soleil, car il est maintenant au cœur du royaume éthéré des chimères...

TAKE ME TO A PLACE WITHOUT NO NAME

"S'il n'existe nulle montagne au-delà de la très haute, alors il revient aux fous de l'inventer et d'en décrire chaque fascination, quitte à ce que leurs visions rendent fou" - YT

RESTE HUMBLE

Il est parfois salutaire de voir ce qui peut nous tomber dessus. La montagne préserve ceux qui savent être humble envers elle.

A NOS MONDES EMBRASSES

Ce soir-là, les nuages étaient comme une douce marée regagnant son territoire. De prodigieuses vagues nébuleuses, engloutissaient lentement les récifs alpins. Je ne pus m'empêcher de songer à toi et à ton amour pour l'océan. Il y avait de ton monde dans le mien, comme du mien dans le tien. Un peu de toi, un peu de moi, un peu de nous...
AU COEUR DE LA MONTAGNE

OTHERWORLD

Ce n'est peut-être qu'au cœur de la Terre , à la merci des roches qui nous entourent que l'on se sent réellement vivant...

Découvre aussi

Haut de la Page